Préoccupations au sujet de l’augmentation de l’accoutumance aux jeux

Ces dernières années, le Japon a assoupli son opposition au développement des jeux de hasard présents sur de nombreux casinos en tous genres. L’État a légalisé les casinos commerciaux en 2016 et les casinos de villégiature en 2018. Les trois licences disponibles pour les casinos de villégiature n’ont pas encore été octroyées aux régions ou aux villes. Il s’agira de projets de grande envergure, avec des investissements, dans un seul des sites potentiels – Yokohama – qui devraient approcher les 12 milliards de dollars. Le Premier ministre Shinzo Abe est passionné par les casinos de villégiature. Ils sont perçus comme un moyen d’augmenter considérablement le nombre de touristes en plus de générer des recettes fiscales importantes. Toutefois, on craint beaucoup qu’elles n’entraînent une hausse marquée des niveaux de dépendance au jeux. La possibilité de retarder la délivrance des licences de casino de centres de villégiature a été évoquée. Le retard serait dû en grande partie à des raisons politiques, car le public n’est généralement pas très favorable aux casinos et des élections se profilent à l’horizon. Le Japon a déjà un problème croissant avec les salles de pachinko légales. Pour ce jeu populaire il y a actuellement plus de 9 200 installations dans le pays. C’est un mélange entre un jeu d’arcade et une machine à sous. C’est un énorme marché, qui génére plus d’argent que les revenus des jeux de hasard de Singapour, Macao et Las Vegas réunis. Mais la popularité des salles de pachinko entraîne une augmentation du niveau de dépendance au jeux .

Les autorités étudient un large éventail de mesures potentielles pour limiter l’impact des nouveaux casinos dans les endroits de villégiature. L’une de ces décisions est de ne pas en faire la publicité en dehors des aéroports internationaux et des terminaux de navires de croisière au Japon.

Possibilités d’amélioration de la prévention

L’organisme de réglementation subit des pressions pour qu’il remanie complètement le cadre du jeu au Japon et mette en place de meilleures protections pour les joueurs à problèmes. Certains experts de l’industrie croient qu’il y a beaucoup de place pour l’amélioration. Une nouvelle commission de régulation, composée de cinq membres, est en cours de création. Toutefois, cela ne se produira qu’après les prochaines élections. Cela signifie qu’il est peu probable que les permis soient délivrés avant la fin de 2020. Ce serait un revers, car il était prévu d’ouvrir le premier casino de ce type en 2024. Aujourd’hui, il semble que cela pourrait être la fin de l’année 2025, au plus tôt . On estime que les trois casinos de villégiature pourraient générer des revenus annuels de 7 milliards de dollars chacun. Cela signifie qu’il pourrait y avoir des fonds substantiels pour traiter les joueurs dépendants.

L’une des nouvelles mesures de protection suggérées pour les joueurs à problèmes serait d’introduire une technologie de reconnaissance faciale dans les salles de pachinko. Cela empêcherait tout joueur qui figure sur une liste d’auto-exclusion d’y entrer. L’organisme de réglementation a également discuté de l’interdiction des guichets automatiques dans les casinos. De nouveaux bureaux de consultation sur la dépendance au jeux pourraient ouvrir dans les grandes villes du pays. De plus, le gouvernement prévoit de mener une enquête sur les questions liées à la dépendance au jeux, comme l’endettement, le suicide, la pauvreté, la violence et la criminalité. Les écoles sensibiliseront, également, les élèves aux dangers potentiels des jeux de hasard et la police prendra des mesures sévères contre les activités de jeu illégales.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *